Et si nous vous racontions l'Histoire des Grandes Écuries cette semaine ? Ce majestueux bâtiment a fêté ses 300 ans en 2019 !

Au programme : L’histoire des Grandes Écuries, la statue de la Rénommée, les restaurations et la Compagnie équestre.
 
Les plus somptueuses écuries du monde ont 300 ans
 
Loin des habituelles dépendances généralement attenantes aux châteaux, les Grandes Écuries se dressent seules, tel un palais pour chevaux. Œuvre d’un visionnaire, Louis-Henri de Bourbon, septième prince de Condé et petit-fils du roi Louis XIV, elles ont été conçues par l’architecte Jean Aubert, élève de Jules Hardouin-Mansart, lui-même premier architecte du roi à Versailles.
 
Les travaux débuteront en 1719 et cesseront seize ans plus tard, en 1735. Les Grandes Écuries sont quasiment achevées à la mort du prince en 1740 mais il manquera à jamais quelques statues au-dessus des porches des différentes cours et surtout du pavillon Nord. A l’origine, ces écuries avaient été conçues pour abriter les deux cent quarante chevaux de chasse et de service du prince ainsi que ses voitures d’attelage, sa meute de quatre cents chiens et le personnel nécessaire pour leur fonctionnement.
 
<< Album du Comte du Nord : plan, élévation, coupe et profils des écuries du château de Chantilly
Le livre : Les Grandes Écuries de Chantilly 1719-2019 aux éditions Faton
 
À l’occasion des trois cents ans du début de la construction des Grandes Écuries, nous vous proposons de découvrir un ouvrage retraçant l’histoire de ce trésor du patrimoine architectural français, avec de nombreux documents d’archives à l’appui.
 
Je découvre
Avez-vous déjà remarqué la statue
qui trône fièrement en haut du dôme ?
 
Si, à la Révolution, le château est pillé et en partie rasé, les Grandes Écuries qui auraient dû subir le même sort ont été miraculeusement sauvées, l’armée voyant en elles un magnifique lieu de casernement. Seules les statues en plomb, métal précieux pour les munitions, comme la Renommée du sculpteur Coysevox située sur le toit du dôme, les chevaux et dauphins de la fontaine et celle de la Cour des Chenils seront détruites. 
 
Une copie fidèle de la Renommée sera reposée sur le faîte du dôme en 1989 par Yves Bienaimé. Cette « copie » a été réalisée par le sculpteur Michel Bourbon (un drôle de hasard que ce nom !) à partir de la statue jumelle de l’originale qui trône à l’entrée du jardin des Tuileries, au niveau de la place de la Concorde. La Renommée est devenue depuis un tableau vivant et emblématique des spectacles équestres des Grandes Écuries.
 
La Renommée était la déesse messagère de Jupiter, elle est ici représentée sur le cheval ailé Pégase avec la fameuse « trompette de la renommée ».
Les sculptures des Grandes Écuries
 
Découvrez en images les détails des nombreuses sculptures qui subliment cet édifice.
 
 
Je regarde
Des restaurations spectaculaires
 
Depuis une bonne dizaine d’années, les Grandes Ecuries ont bénéficié de restaurations autant vitales que spectaculaires. Cela a commencé avec la refonte de la salle de spectacle du dôme et l’installation de six cent quarante sièges confortables et chauffés (2009). Cette première tranche a permis à la Compagnie équestre de se délocaliser temporairement dans les écuries historiques du Cadre Noir et aux cavalières de Chantilly de travailler avec cette célèbre institution. 
 
Puis ce fut la restauration de la Cour des Remises, clos, couvert et rafraichissement de la pierre alors que s’engageait la réfection des salles du musée et de leur muséographie (livrée en 2013). Ce fut ensuite au tour de l’aile ouest et l’extérieur du dôme d’être restaurés. Ces rénovations se poursuivent aujourd’hui, notamment au niveau du Pavillon Nord, dernière tranche de ces travaux pharaoniques qui vont redonner toute leur splendeur aux plus belles écuries du monde.
La Compagnie équestre des Grandes Écuries : 100% féminine !
 
La Compagnie équestre, dirigée par Sophie Bienaimé, est en soi un petit conservatoire de l’équitation de tradition française, classée au patrimoine immatériel de l’UNESCO grâce au Cadre Noir. Les chevaux, acquis en général à l’âge de 4 et 5 ans, sont éduqués dans cette ligne de l’équitation de tradition française et également dans le plus grand respect de leur bien-être, cheval de bataille de Sophie Bienaimé (monter en conscience, connaître et comprendre son cheval, parler « leur langue », sorties en forêt et vacances régulières en pâtures...). Le but de cette éducation est d’amener progressivement ces chevaux aux airs de haute école et à quelques autres figures afin de les introduire dans les spectacles donnés sous l’extraordinaire coupole du dôme des Grandes Écuries (28 mètres de haut !). La formation d’un cheval de spectacle prend généralement trois ans.
 
 
Chaque année, la Compagnie équestre propose dans cette salle unique de six-cent-quarante places, trois spectacles différents qui, en 2019, ont attiré plus de 60 000 personnes.
Il était une fois...Les Grandes Écuries
 
La Compagnie attend avec impatience le "déconfinement" pour y présenter son spectacle, Il était une fois les Grandes Écuries, un hommage en tableaux équestres à ce monument.
 
Découvrez un reportage sur le spectacle proposé par Georgette Mag.
 
 
Je visionne
La compagnie en chiffres
 
9 cavalières,
4 palefreniers,
27 chevaux,
3 ânes et 8 poneys
Préparez votre visite
 
 
 
 
 
 
Suivez-nous !
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
Fondation pour la sauvegarde et le développement du Domaine de Chantilly
7 rue du Connétable - 60500 Chantilly
 
 © Illustrations :  Marc Walter, Chantilly le domaine des princes Swan Editeur, RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Franck Raux / René-Gabriel Ojéda, Bruno Cohen, Ctanierephotographie, Gary Otte, 5 Mars, R&B Presse
 
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit aux communications du Domaine de Chantilly.
 
 
 
© 2019 Domaine de Chantilly