Le mois de mars arrive à son terme, les rayons du soleil deviennent plus chauds, la nature s'éveille, pas de doute le Printemps est bien là !
 
Un printemps un peu particulier cette année, il faut l'avouer, mais le Domaine de Chantilly est là pour vous donner un bol d'air frais. Ouvrez grand les fenêtres, c'est parti !
 
Au programme : mythologie gréco-romaine, porcelaine florale, les fabuleux parterres d'André Le Nôtre, les exposants des Journées des Plantes et la vie des Écuries. 
 
Le jardin à la française d'André Le Nôtre
 
Dessiné à la fin du XVIIe siècle par André Le Nôtre, jardinier de Versailles, pour Louis II de Bourbon, prince de Condé, le jardin à la française de Chantilly dispose d’un plan tout à fait singulier : son axe est décentré par rapport au château.
Incontestablement, de tous les jardins dessinés par Le Nôtre à la fin du XVIIe siècle, Chantilly se distingue par l’étendue exceptionnelle de ses bassins et le nombre de ses jeux d’eau. Cette réalisation monumentale entendait déjà rivaliser avec le château de Versailles. Elle constitue l’une des fiertés du jardinier.
 
André Le Nôtre a écrit :

"Souvenez-vous de tout ce que vous avez vu de jardins en France, Versailles, Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte et les Tuileries, et surtout Chantilly".
 
André Le Nôtre au comte de Portland, ambassadeur du roi d'Angleterre, en 1698
 
Nous vous proposons de découvrir ou re-découvrir deux reportages d'archives sur les parterres à la française d'André le Nôtre. Bon visionnage !
 
 
 
 
 
Pluton et Proserpine
 
Sur les parterres Le Nôtre à Chantilly, deux statues célèbrent le printemps, Pluton et Proserpine, commandées en 1878 au sculpteur Henri Chapu par le duc d'Aumale et réalisées de 1884 à 1886.
 
 
Savez-vous comment les Anciens expliquaient le retour du printemps ?
Dans la mythologie gréco-romaine, le dieu des Enfers Pluton (Hadès pour les Grecs) tombe amoureux de la belle Proserpine (Perséphone chez les Grecs), fille de Jupiter (Zeus) et de Cérès (Déméter) ; il l'enlève et l'emmène dans son royaume souterrain, mais la mère de Proserpine, déesse des moissons et de l'agriculture, pleure sa fille et la cherche partout dans le monde, ce qui cause la mort des plantes durant l'automne et l'hiver. Cérès obtient de Jupiter que sa fille Proserpine revienne passer le printemps et l'été auprès d'elle sur terre, permettant ainsi le renouveau du printemps.
 
 
De chaque côté de la fontaine de la Gerbe, on peut voir au pied du Grand Degré à gauche Pluton accroupi, prêt à s'emparer de la belle, qui à droite cueille des fleurs, agenouillée sur l'herbe.
 
Porcelaines fleuries
 
Plat du service anémone de la cour de Parme
A partir du milieu du XVIIIe siècle, la manufacture de porcelaine de Chantilly produisit de grands services de table à décor floral.
La fille aînée du roi Louis XV, devenue duchesse de Parme en 1748, qui assista au mariage de son cousin le prince de Condé en 1753, commanda dès 1758, plusieurs services en Chantilly, dont celui pourvu d’un décor d’anémone du Japon et de fleurettes polychromes, dont les bords sont soulignés d’un filet rose. Le musée Condé conserve un plat provenant de ce service aujourd’hui dispersé. Il peut être admiré dans le salon d’Orléans, au sein de la présentation des porcelaines de Chantilly du musée.
 
La porcelaine de Chantilly, trésor méconnu du Siècle des Lumières
 
Le XVIIIe siècle fut l’âge d’or de la porcelaine, considérée comme l’« or blanc » que tous les amateurs recherchaient. A Chantilly, Louis-Henri, prince de Condé, premier ministre de Louis XV de 1723 à 1726, fonda, avec l’aide de Cicaire Cirou, sa propre manufacture en 1730 pour concurrencer les productions asiatiques et allemandes (celles de Meissen notamment). Il mit ses collections de porcelaines asiatiques à disposition des ouvriers de la fabrique qui se fit, à l’origine, une spécialité des pièces « à l’imitation du Japon » d’une grande diversité. Jusqu’à la Révolution furent produits en nombre services de table, pièces de toilette ou de décoration produits en pâte tendre (c’est-à-dire sans kaolin). Cette histoire passionnante fera l’objet d’une grande exposition, à découvrir dans quelques mois au Domaine de Chantilly…
 
Je découvre l'exposition
 à la une
 
 
La vie des écuries pendant le confinement
 
Pas de confinement pour nos cavalières qui continuent de s'occuper de nos pensionnaires. Nous vous proposons de découvrir à travers une vidéo les coulisses de la vie quotidienne des Grandes Écuries durant cette période particulière.
 
Je découvre la vidéo
 
Un petit coup de pouce pour nos exposants
 
En pleine période de marchés/fêtes des plantes ce confinement est un coup dur pour nos pépiniéristes des Journées des Plantes. Beaucoup de ces évènements sont annulés et les producteurs se retrouvent avec un stock de plantes trop important.
 
Il fait beau, nous avons beaucoup de temps donc c'est le moment de jardiner ! Si vous souhaitez donner un petit coup de pouce à ces producteurs en achetant leurs produits, n'oubliez pas qu'ils ont, pour la plupart, des sites Internet et pourront donc vous livrer !
 
Les coordonnées et sites Internet de nos producteurs
 
Préparez votre visite
 
 
 
 
 
 
Suivez-nous !
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
Fondation pour la sauvegarde et le développement du Domaine de Chantilly
7 rue du Connétable - 60500 Chantilly
 
 © Illustrations : J.Houyvet, RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Michel Urtado, RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Gérard Blot, RMN-Grand Palais Sèvres Cité de la céramique-Martine Beck-Coppola, Bruno Cohen, Ctanierephotographie, Gary Otte, 5 Mars, R&B Presse, Jean Pierre Delagarde
 
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit aux communications du Domaine de Chantilly.
 
 
 
© 2019 Domaine de Chantilly